Le Numérique face aux enjeux environnementaux

Paul Masson
04 janv. 2021

Le numérique est ancré dans notre quotidien à la fois personnel et professionnel… En 2020, presque tout se passe en ligne. En parallèle, notre préoccupation des enjeux environnementaux s'intensifie et la crise de la Covid-19 a accéléré le mouvement. Les technologies réinventent notre société et cela impacte forcément les professionnels de l’industrie, la communication, la santé, la mobilité, ou encore de l’information. Mais quels sont les impacts et les opportunités potentielles d’un monde “tout numérique” pour  l’environnement ?

L’écologie, une préoccupation importante des consommateurs:

Une étude publiée par la Fédération Française des Télécoms, nous apprend que 93% des Français indiquent que l’environnement est un sujet important pour eux,  91% affirment être attentifs à l’écologie au quotidien et enfin 90% d’entre eux souhaitent faire plus pour cette cause. L'environnement et les enjeux écologiques sont désormais la préoccupation principale devant le pouvoir d’achat pour 52% des Français selon un sondage Ipsos-Sopra Steria datant de Septembre 2019.

Une autre donnée est révélatrice de l'inquiétude vis-à-vis de l’impact du tout digital, puisque 51% d’entre eux pensent qu’il est nécessaire de mettre en place des mesures face à l’urgence environnementale en dépit de l’économie.

Les mentalités évoluent et il apparaît très clairement que la situation de notre planète est LE défi qui préoccupe le plus les français.

Le secteur du numérique pas encore assez respectueux de l'environnement

Il y a 44 % des personnes interrogées par Harris Interactive, qui estiment que le secteur du numérique n’est pas suffisamment  respectueux de l’environnement. En effet, la production et l’utilisation des nouvelles technologies ont un réel impact sur l’environnement. Ces dernières exigent l’utilisation de nombreuses ressources, produisent des gaz à effet de serre et une quantité importante de déchets. Ce qui doit tous nous alerter sur les nouvelles façons de consommer et les alternatives que nous allons devoir trouver. 

Au sein des équipes Wifirst, nous travaillons sur une amélioration continue de nos usages et habitudes de travail. Ce n’est pas parce que notre raison d’être en tant qu’entreprise est de fournir un service lié à la consommation de data qu’on ne peut pas aussi se soucier de nos impacts.. Avec une prise de conscience et le changement des exigences de la législation, de nos clients, de nos collaborateurs, nous avons poussé notre démarche RSE plus loin. Cette démarche s’inscrit dans notre volonté de répondre aux nouvelles problématiques environnementales et sociétales à notre échelle.

L’opportunité du numérique comme une partie de la solution en faveur de l’environnement

Il semble néanmoins que 84% des Français pensent que le secteur du numérique à un rôle à jouer concernant les progrès écologiques et qu'il peut jouer en faveur de l'environnement (par exemple avec une anticipation de nos usages, la mesure précise de la pollution ou encore l’optimisation, l'adaptation de nos comportements). On peut aussi citer la réduction de l'utilisation de papier avec la généralisation de la numérisation des documents. 

De plus, 70% des Français pensent que les nouvelles technologies peuvent aider à la gestion des problématiques environnementales. Les entreprises doivent donc, quel que soit leur secteur, se lancer pleinement dans leur transformation digitale et prendre en compte les nouvelles normes RSE.

Chez Wifirst, nous tentons de faire le plus d’efforts possibles avec des actions concrètes comme l’utilisation de matériaux recyclés/recyclables, le zéro plastique ou encore des bornes WiFi moins énergivores. Notre engagement a été récompensé en 2018 et 2020 par Ecovadis, ce qui nous encourage à mettre encore plus de cœur dans cet enjeu primordial pour notre avenir.

Nous sommes également engagés aux côtés de l'ARCEP sur la plateforme de travail « Pour un numérique soutenable ». Le 11 juin dernier, l’Arcep lançait en effet une plateforme de travail appelant associations, institutions, opérateurs, entreprises du numérique, personnalités intéressées à y contribuer. Après un semestre ponctué de cinq ateliers thématiques et deux « grandes discussions », l’ARCEP a publié le 15 décembre 2020 un rapport d’étape, fruit de ces échanges, et alimenté par 42 contributions écrites d’acteurs participants. Dans ce rapport, le régulateur formule 11 propositions pour conjuguer développement des usages et réduction de l’empreinte environnementale du numérique, dont la priorité à donner aux infrastructures convergées et l’introduction du principe de merit order.

Recevoir des news