WiFi au Lycée : état des lieux, enjeux et opportunités

Sarah Battoue
26 oct. 2021

Si l'ère de la Covid-19 a mis en lumière la criticité de l'accès à une connexion internet, elle a également révélé la fracture numérique au sein des territoires et l'importance d'un virage numérique, tout juste initié dans les lycées. On fait le point sur les solutions pour équiper et mettre l'utilisation des outils numériques au service de l'éducation dans le secondaire et la place centrale du WiFI dans cette évolution.

Fracture numérique : un phénomène amplifié par la pandémie de COVID-19

Le premier confinement de 2020 a montré que les inégalités d’accès à Internet et aux équipements numériques ont renforcé les inégalités d’apprentissage, renvoyant aux fractures sociales et territoriales, qui constituent elles-mêmes un frein à l’utilisation du numérique éducatif. L’Éducation nationale, comme beaucoup d'acteurs, n'était certainement pas suffisamment préparée à la fermeture subite des lieux d’enseignement et à la mise en place d’une "continuité pédagogique" au moment des confinements de 2020. Une situation que l'on peut imputer (selon une enquête de la DEPP publiée en juillet 2020) :

au caractère obsolète, défectueux ou inadapté des outils informatiques pour 40 % des professeurs. 
au manque de maîtrise des fonctionnalités ordinaires du numérique par les lycéens pourtant très à l’aise avec les réseaux sociaux.

à la méconnaissance des usages numériques, voire à l'illectronisme de certaines familles qui n’ont pu aider leurs enfants ou rester en contact avec l’institution scolaire.

aux inégalités d’accès et d’usage du numérique selon les territoires. Fin 2020, 60 % du pays était connecté en fibre optique, mais les zones rurales et périphériques étaient toujours sous-équipées.

 

Pour réduire la fracture numérique, certaines régions distribuent des ordinateurs aux nouveaux lycéens, c’est le cas des régions Ile-de-France ou Pays de la Loire qui ont fourni pour la rentrée 2021/22 un ordinateur portable à chaque élève de seconde (générale ou technologique) des lycées publics et privés sous contrat. Mais pour que ces outils aillent dans le sens de la transformation numérique de l'enseignement, ils doivent être connectés à internet et le réseau doit être prêt à supporter de nombreuses connexions en simultané.

Virage numérique, une certitude : l'accès à internet et le dimensionnement du réseau est clé

Adapter l’école à l’ère du numérique suppose des investissements massifs en équipements mais surtout le bon dimensionnement du réseau. Selon l'enquête annuelle ETIC sur les systèmes d’information dans les établissements publics du second degré :

  • Dès 2018, l’accès à Internet est largement répandu : la quasi-totalité (92,9 %) des lycées en dispose dans plus de la moitié des salles de classe.
  • Il reste cependant des marges de progrès significatives concernant le débit d’accès à Internet : moins de 60 % des lycées ont un débit supérieur à 10 Mbits/s et seulement 8,0 % bénéficient d’un débit de plus de 50 Mbits/s.
  • Les lycées implantés dans des unités urbaines intermédiaires et dans les grandes agglomérations accèdent plus fréquemment à un débit supérieur à 10 Mbits/s (60,5 % et 59,2 % d’entre eux) que les établissements des unités urbaines de moins de 20 000 habitants (51,0 %).

Ces éléments expliquent en partie les disparités de débit observées à l’échelon académique. Plus de trois quarts des lycées publics des académies du Sud-Est (régions PACA et Corse), de Paris, Nantes, Lille ou Strasbourg disposent d’un débit supérieur à 10 Mbits/s. À Paris, à Nice et en Corse, plus d’un lycée sur cinq accède même au très haut débit, ce qui reste très exceptionnel dans toutes les autres académies. À l’inverse, certaines académies comme Lyon, Grenoble, Créteil, Rouen ou encore Bordeaux sont moins bien pourvues en haut débit, avec moins de la moitié de leurs lycées accédant à un débit supérieur à 10 Mbits/s.  

Pour palier au manque d'accès Internet Très Haut Débit des lycées situés dans une zone non couverte par la fibre optique départementale, les Régions peuvent décider de recourir à un opérateur privé.


Déployer du WiFi au lycée : les bonnes questions à se poser 

On l'aura compris : Il est  primordial de disposer d’un réseau WiFi performant et sécurisé pour mettre les outils numériques au service de l'éducation. Cela passe tout d’abord par un dimensionnement précis de la fibre optique dédiée, en estimant les besoins de connectivité de l'établissement tout en maîtrisant les coûts associés. La solution WiFi doit ainsi permettre d’unifier différents usages autour d’une même infrastructure, et de répondre aux enjeux suivants : 

  • Redondance : pour garantir une disponibilité totale du service dans les salles de cours, l'idéal est de s'assurer que chaque zone est couverte par 2 bornes distinctes.
  • Filtrage de contenu : un filtre de contenu peut empêcher les élèves d’accéder à du contenu inapproprié via le réseau sans fil du lycée ; il renforce également la sécurité en bloquant l’accès aux sites web dangereux (phishing par exemple)
  • Restriction d'accès : Il est possible de couper temporairement l'accès WiFi à certaines zones ou selon une plage horaire définie. Utile pour faire des économies d'énergie quand l'établissement est vide, le weekend par exemple.

Afin d'éviter la multiplication des prestataires et la gestion des responsabilités entre fournisseurs de fibre optique et de WiFi, Wifirst est l’interlocuteur unique pour tous les services liés à la connectivité. Son coeur de réseau lui permet de maîtriser de bout en bout les flux internet et d'optimiser l'accès aux contenus consommés au Lycée pour les usages métier (enseignement, administration) et ceux des élèves.

Vous devriez aussi apprécier

les articles sur Tendances

Recevoir des news