WiFi vs 5G : des technologies complémentaires

Etienne DETRIE
07 févr. 2022

Certains clients et prospects nous interrogent sur la compétition entre le WiFi et la 5G. Les questions sont légitimes tant on peut lire tout et son contraire sur internet ! Les réseaux WiFi et cellulaires sont et resteront structurellement des technologies complémentaires. Il était déjà question que la 4G mette à mal l'utilisation des réseaux WiFi, or le WiFi ne s'est jamais aussi bien porté ! Une étude AppOptix data révèle que les utilisateurs mobile bénéficiant d'un plan data illimitée continuent d'utiliser le WiFi avec leur smartphone pour plus de 70 % de leur consommation. Par ailleurs, 86% des jeunes de 18-25 que nous avons interrogés annoncent préférer le WiFi aux réseaux mobiles lorsqu'ils ont la possibilité de se connecter via les 2 technologies.

La croissance du trafic IP mondial sera largement portée par le WiFi. Cisco explique notamment qu'en 2022, le WiFi représente 51 % du trafic total (vs. 20 % pour les réseaux mobiles et 29 % pour le filaire).

Evolution du trafic IP mondial : filaire, WiFi, cellulaire

En terme d'usages, le streaming vidéo est de très loin le moteur de cette croissance.

Evolutions data

1. Des débits théoriques similaires

Aux yeux du grand public, les évolutions du WiFi sont certainement plus discrètes que les évolutions des réseaux cellulaires. Pourtant les normes WiFi évoluent sensiblement et plus régulièrement ! Historique :

  • WiFi 1 (802.11b) lancé en 1999
  • WiFi 2 (802.11a) lancé aussi en 1999
  • WiFi 3 (802.11g) lancé en 2003
  • WiFi 4 (802.11n) lancé en 2009
  • WiFi 5 (802.11ac) lancé en 2014
  • WiFi 6 (802.11ax) lancé en 2019
  • WiFi 6E lancé en 2022

Les débits théoriques d'une borne WiFi 6 sont multipliés par 4 par rapport au WiFi 5 et sont équivalents à ceux d'une antenne 5G. Quand on déploie des dizaines de bornes dans un même établissement, on comprend tout de suite la puissance exceptionnelle d'un réseau WiFi en terme d'écoulement de trafic !

graph-technos-transmission-données-sans-fil-800px

 

2. La couverture indoor :  du WiFi haute-couture !

Nous avons tous été confrontés à des problématiques de couverture réseau avec nos mobiles, en particulier dans des appartements en rez-de-chaussée, dans des bureaux et des grands établissements publics. Le cellulaire peine à entrer dans les murs et les nouvelles normes HQE accentuent ce problème : à titre d'exemple, les vitrages utilisés dans les bâtiments HQE doivent intégrer un film métallique qui agit comme une cage de Faraday (structure métallique étanche aux champs électriques ou électromagnétiques) venant bloquer les ondes.

Le WiFi est la technologie parfaite pour une couverture indoor et deep indoor optimale et sans faille. Grâce au WiFi, nous sommes capables de faire du sur-mesure à moindre coût et d'aller couvrir n'importe quelle zone d'un établissement, parking compris ! L'illustration suivante démontre assez bien certains cas d'usages pressentis pour l'une ou l'autre des technologies.

Illustration-v2

3. Le WiFi est le carburant des équipements 

Le WiFi est à ce jour la technologie sans fil la plus universelle du marché. La majorité des équipements électroniques intègrent des puces WiFi et la connectivité est le véritable coeur des fonctionnalités produits. On estime qu'il y a en circulation 10 fois plus de terminaux qui supportent le WiFi que de terminaux qui supportent les réseaux cellulaires.

Le WiFi est donc le carburant des smartphones, des tablettes, des enceintes connectées et autres objets connectés. Les plus gros constructeurs de hardware Google, Samsung, Apple, Amazon & co ont parié sur le WiFi pour son côté universel, performant et économique (les puces WiFi sont peu coûteuses).

4. Numérique responsable : avantage WiFi !

L'ADEME, l'agence de la transition écologique, énonce sans ambiguïté dans son rapport intitulé "La Face cachée du numérique", de "privilégier le WiFi quand vous utilisez votre smartphone plutôt que la 4G".

Pas toujours évident de mettre des chiffres précis derrière cette réalité, mais retenons ceux-ci : l'application "Mon empreinte smartphone" éditée par Bouygues Telecom permet justement d'évaluer les émissions de CO2 liées à l'activité réseau de son téléphone. Dans son calcul qui s'appuie sur une méthode développée par The Shift Project, l'empreinte carbone d'1 octet consommé sur le WiFi est 6 fois plus fiable qu'1 octet consommé sur réseau mobile.

5. Seul le WiFi peut offrir des réseaux locaux privés

Enfin, avec la 5G, nos équipements accèdent à internet mais ne peuvent pas directement interagir les uns avec les autres. Pour ce faire, il faut que les équipements soient sur un même LAN (Local Area Network) ou VLAN (Virtual Local Area Network). Et le WiFi gère parfaitement les réseaux privés (c'est le cas par exemple de toutes les box internet grand public). C'est grâce au WiFi qu'on peut utiliser un Chromecast ou un Google Home et qu'on peut envoyer une commande d'impression à une imprimante connectée en WiFi sur le même réseau que son smartphone.

Dans un contexte de WiFi public dans lequel nous évoluons chez Wifirst, nous savons même répliquer ce WiFi "comme à la maison" grâce à notre technologie Room Area Network. Nous sommes capable de proposer des réseaux WiFi privés pour chaque utilisateur, tout en conservant une architecture physique de WiFi mutualisé.

Room Area Network

S'abonner à la newsletter

Vous devriez aussi apprécier

les articles sur Tendances

Recevoir des news